Catégories
Design d'intérêt général Humeur

À ce moment de l’histoire, virgule virgule

Temps de lecture : 17 minutes

De quelles histoires, de quels engagements et de quels projets Vraiment Vraiment est-il le nom ? Quelles sont nos bonnes résolutions pour 2022 ? Notre nouvelle organisation ? Les fronts sur lesquels nous allons coaliser, réfléchir, batailler ? Un article pour entrer dans les coulisses, à lire en parallèle de la découverte des projets menés en 2021. Et bonne année !

Chez VV, on se la raconte, plutôt plus souvent qu’on ne se raconte. Il y a plein de raisons à ça – un peu de pudeur, un peu de conviction que les projets menés avec nos clients et les entretiens avec des gens formidables publiés sur Autrement Autrement sont plus intéressants que la vie de l’agence, un peu de “m’enfin,ça ne regarde que nous”, un peu de manque de temps, surtout. Tout est vrai. Néanmoins, cette année, en guise de dernière case du calendrier de l’aVVent d’une année 2021 qui n’en finit pas, nous avons donné libre cours à notre envie de partager avec vous quelques lignes pages, pour prendre un peu de recul sur les 10 dernières années, sur 2021 et pour se projeter dans les années qui viennent. On a aimé y réfléchir et les écrire, nous espérons que leur lecture vous sera moins indigeste qu’un mauvais chocolat.  

Eh oui, 10 ans !

“Il était une fois”… Toute histoire a un début. Où est celui de Vraiment Vraiment ? Sans doute quelque part entre la fin d’études d’une bande de designers de l’ENSCI et des Arts Déco, la création de la 27ème Région en 2008, et un voyage de Marylise Lebranchu – alors ministre chargée de la “réforme de l’État” – à Copenhague, pour y visiter le MindLab. 

Toujours est-il qu’à l’époque (on parle du début des années 2010), design et action publique vivent quasiment en parfaite ignorance réciproque. Pas forcément dramatique, direz-vous : de leur côté, les designers font à l’époque des choses formidables comme, par exemple, des iPhones, et cela n’empêche pas l’Etat et les collectivités locales de faire tourner des choses aussi indispensables que l’éducation nationale, le RSA ou l’hôpital. Bien sûr, ça tourne déjà de moins en moins bien – mais à ce stade il faut être clairs quitte à être décevants : la suite de l’histoire d’amour naissante entre design et politiques publiques ne suffira pas à arranger les choses.

Ne sautons pas les étapes. C’est à cette époque que des gens ont l’idée et l’envie de faire faire des étincelles ensemble aux deux mondes – le public, le design – pour voir “ce que ça fait”. Certains viennent du premier (Christian Paul, Stéphane Vincent, Jacques-François Marchandise), les autres plutôt du deuxième (Romain Thévenet, Alexandre Mussche, Grégoire Alix-Tabeling, Yoan Ollivier, Marie Coirié, Adèle Seyrig, Xavier Figuerola, Matthew Marino, Brice Dury…). Avant ces premières étincelles et ces pionnier·e·s, le design des politiques publiques, ça n’existait pas en France (alors que le Royaume-Uni, par exemple, tentait des choses avec le NESTA). Ici, pas de principes, pas de méthodes, pas de marché(s), pas de collectifs, pas de publications, rien. 

C’est à ce moment que Grégoire et Yoan, d’un côté, Alexandre et Xavier, de l’autre, créent leurs agences, Plausible Possible (PP) et Talking Things (TT). Les débuts sont à la fois excitants et compliqués : seuls les projets de la 27ème Région explorent les manières de donner une juste place au design dans la re-conception de l’action publique. Ailleurs, PP et TT se glissent dans les interstices des appels d’offres pour du design graphique ou mènent des petites missions d’animation d’ateliers. Ce qui conduit à animer des réunions de codir particulièrement récalcitrants à l’innovation (mais qui veulent quand même en acheter pour ne pas paraître hasbeen), à organiser des séances de coaching pour le Programme des Nations unies pour le développement à l’Île Maurice (oui, oui…), à piétonniser temporairement (“tactiquement”, dirait-on aujourd’hui) la Place Royale de Bruxelles, à repenser l’aménagement de l’accueil de l’Hôtel de Ville de Saint-Etienne, à aider au positionnement stratégique d’une start-up de l’ESS…

Talking et Things à la fin des années 2000

À cette époque, l’innovation d’usage n’existe pas. Il faut “hacker” des projets de conception numérique, de graphisme ou de participation citoyenne pour susciter des réflexions autour des pratiques, des usages et des futurs. Il faut taper à toutes les portes et, dès qu’une opportunité apparaît, même quelque chose vaguement relié à ce qui nous plaît, sauter dessus.

Heureusement, des partenaires et amis créent le cadre pour des missions de design qui répondent à nos ambitions. C’est grâce à la FING que nous nous retrouvons à arpenter le Mortainais en plein hiver pour imaginer un service de covoiturage intergénérationnel (projet qui aboutira finalement à une fête des jardins potagers. La 27ème Région nous mobilise sur la “Transfo Bourgogne”, qui marquera le début de notre amour infini pour les projets des territoires ruraux. Parfois, son délégué général Stéphane Vincent nous invite à présenter l’innovation d’usage devant des cadres publics (très dubitatifs).

Petit à petit, les projets portés et racontés avec ce noyau d’initiés nous permettent de convaincre un second cercle et d’entrer dans l’âge des prémices de l’innovation publique par le design. Les premiers appels d’offres sont publiés, nous rencontrons énormément d’acteurs publics pour leur parler du design et leur donner envie d’imaginer ce que cela pourrait créer dans leurs administrations, dans leurs services publics, avec leurs agents et leurs usagers. Nos premières réponses aux appels d’offres sont maladroites, trop longues, mal structurées et truffées de fautes d’orthographe. Nous inondons les potentiels futurs clients de 200 pages pour expliquer ce qu’est le design et son utilité pour un projet de territoire dans la Creuse. Puis Fabien Gélédan, du SGMAP, réussit à nous mobiliser pour un projet de refonte de l’accueil dans les caisses de retraite : notre premier vrai projet de design des politiques publiques. 

Image rare de la naissance de la réponse à un appel d’offre (2019)

La structuration du secteur du design des politiques publiques passe bien entendu par l’apparition et la consolidation des besoins du côté des acteurs publics. Mais, en symétrie, et c’est la partie immergée de l’iceberg, elle implique l’invention et le calibrage de méthodes, outils et protocoles “vivables” de notre côté.

Le design des politiques publiques est un métier-passion. S’immerger sur un territoire pendant une semaine, passer 11h par jour à suivre des infirmières à domicile, en faire le compte-rendu le soir pour ne pas perdre une goutte des petits et grands maux des déserts médicaux, puis imaginer comment y répondre sans compter le temps passé puisque de toute façon le budget est déjà explosé. S’immerger la nuit au sein d’un accueil d’urgence de la protection de l’enfance, pour observer les mille incidents qui émaillent ce temps méconnu des cadres de l’administration où, spécifiquement, la promesse d’hospitalité promise à ces enfants fragiles ne tient qu’à un fil. Et tant d’autres immersions qui demandent une disponibilité immense sur des temps longs, pour comprendre des métiers, des organisations, des situations et voir comment le design peut aider.

Des expériences extraordinaires mais éreintantes et dont nous pressentons qu’elles ne sauraient être durables sans un effort de formalisation méthodologique, d’attention à soi et à nos équipes autant qu’à nos clients et à leurs usagers et sans quelques solides garde-fous. Pour inventer un métier que l’on imagine exister longtemps, il nous fallait sortir du sprint permanent et gagner en endurance –- une tension partagée avec de nombreux métiers qui nécessitent un engagement sur le terrain, comme avec certains collectifs d’architectes. Pour cela, nous avons appris comment marchaient les différents niveaux de collectivité et l’État, nous avons établi des méthodologies, nous avons augmenté nos tarifs, nous avons capitalisé sur chaque rencontre, chaque territoire, pour être plus malins la fois d’après.

En route pour la journée aux côtés d’une infirmière dans la Vallée de l’Aiguille, officiellement espace le plus reculé de France en hiver (2011)

Grâce à une certaine adversité, arrive un premier moment de structuration : il faut apprendre à répondre à des marchés publics, à tenir une comptabilité d’entreprise, à gérer la trésorerie… et à embaucher. À rebours des pratiques du secteur où le freelancing (souhaité ou subi) est la règle, et en dépit des conseils donnés par des designers plus âgés, Plausible Possible embauche. Une, puis deux, puis trois salariées… Un sacré pari sur l’avenir et une marque de fabrique qui reste centrale chez Vraiment Vraiment. 

Pourtant les finances des agences sont tendues. Nous découvrons à la fois le décalage entre réalisation et paiement de la prestation, et les difficultés à se faire payer dans des délais raisonnables (sinon réglementaires) par les acteurs publics. Fin 2014, pendant plusieurs mois, il n’y a pas de rentrée d’argent chez PP, ce qui n’est pas sans poser problème.

Nous nous acharnons, car après 3 ans de travail, les premiers vrais marchés de design des politiques publiques commencent à tomber, en complément de projets de la 27e Région toujours plus intéressants – comme la mission en région Nord-Pas-de-Calais pour imaginer le “Collaboratoire” et les futurs outils numériques des élus, aux côté de Jean-François Caron. C’est aussi à ce moment que le premier gros accord-cadre (sorte de “super marché public” pluriannuel) de design des politiques publiques est publié, porté par le SGMAP. Plausible Possible et Talking Things portent une réponse collective avec Détéa, Marie Coirié (aujourd’hui co-responsable du Lab-ah au GHU Paris), Brice Dury et Norent Saray-Delabar (co-fondateurs de la toute nouvelle agence Pratico-Pratiques). Après des semaines de travail, c’est la douche froide : pas de clé électronique pour déposer la réponse, donc pas de réponse. Un traumatisme de première classe, extrêmement formateur pour la suite. 

En 2015, la 27e Région ouvre Super Public, lieu dédié à l’innovation publique où Plausible Possible élit domicile, tout comme la petite équipe de Counterpoint – agence britannique d’analyse des risques culturels – en France, dont Romain Beaucher. Ces routes s’étaient déjà croisées, en 2013, à Copenhague, lors d’un voyage de la ministre chargée de la réforme de l’Etat Marylise Lebranchu pour y rencontrer l’équipe du MindLab – lieu avant-gardiste de l’innovation publique en Europe. C’est à ce moment que commence à germer l’idée de faire aventure commune : les fondateurs de Plausible Possible ont de grandes ambitions (mener plus loin des projets plus nombreux, y compris avec l’Etat) et verraient comme un atout de pouvoir compter sur les ressources d’un profil comme celui de Romain, qui a fait ses classes en tant que prestataire de la Direction générale de la modernisation de l’Etat sur le pilotage de la RGPP avant de s’occuper du Laboratoire des idées du Parti socialiste, puis de travailler comme conseiller ministériel chargé de la Réforme de l’Etat auprès de Marylise Lebranchu. 

L’affaire est scellée en 2017. C’est l’entrée dans les locaux de la rue du Faubourg du Temple qui paraissent alors immenses. Ce sont aussi les premiers événements (notamment un “speed dating” entre acteurs de l’innovation publique et députés à l’Assemblée nationale) et les premières réponses à des appels d’offres sous la bannière VV.

Quelles étaient alors nos ambitions ? Porter plus loin le design dans les politiques publiques, notamment en valorisant les phases d’immersion, de conception et de prototypage. Anticiper la croissance de la demande en construisant un acteur d’une taille suffisante pour mener de front plusieurs projets de tailles variables. Articuler différentes expertises du design (industriel, d’espace, numérique, graphique…) à d’autres champs disciplinaires (l’architecture et l’urbanisme, les sciences politiques, la sociologie, le management de l’innovation…). Participer au débat public sur les sujets de cohésion territoriale, de transformation publique et de prospective. Et, last but not least, construire un cadre de travail légal, agréable, formateur et sécurisant – ce qui ne s’est pas fait sans maladresses et tâtonnements. 

Bref, 4 ans plus tard, nous n’avons pas tout réussi, mais nous avons quand même vraiment vraiment avancé.

Où sommes-nous ?

Malgré le décalage soudain et radical des projets (et donc des encaissements) dû aux confinements, nous avons choisi, en 2020, de ne pas recourir au chômage partiel et, même, de continuer à embaucher. Il y avait à cela des motivations managériales (l’équipe, confinée, ne souhaitait pas cesser de travailler), politiques (nous n’avons pas souhaité faire comme ces cabinets de conseil qui ont eu recours au chômage partiel tout en continuant à faire travailler les salariés) et stratégiques : nous voulions profiter de cette rare accalmie sur le front des projets pour faire tout ce que nous n’avions pas le temps de faire d’habitude et qui, pourtant, était nécessaire pour bâtir la suite. Former les salarié·e·s récemment arrivé·es. Rattraper 3 ans de références de projets en retard. Ouvrir Autrement Autrement pour publier des choses que nous aurions à dire collectivement sans dépendre de l’arbitraire et des règles des services “tribune” des médias, et accueillir les réflexions de celles et ceux qui ont des choses à dire sur le futur de l’action publique. Imaginer Voilà Voilà, comme une ressourcerie en open source où mettre à disposition les productions issues de nos projets, payées avec de l’argent public, mais trop souvent (presque toujours) vouées à rester cantonner à un “endroit” (thématique, géographique) alors qu’elles pourraient être utiles à d’autres, ailleurs.

Ce choix de continuer à plein régime n’a été possible que grâce au Prêt garanti par l’État (merci !) et, sans surprise, a conduit à un mauvais résultat financier en 2020. Pour autant, nous ne regrettons pas ces choix, qui se sont avérés vertueux en 2021.

Fin 2021, nous sommes une quarantaine – en CDI (ou équivalent en droit belge), stage ou alternance. Nous avons organisé l’équipe en 3 grands métiers : les concepteurs (designers et architectes, 75 % de l’équipe), les analystes (formés en sciences politiques ou en management de l’innovation, 20 % de l’équipe) et les métiers soutiens (office manager et RAF).  

Vraiment Vraiment en octobre 2021. 

Nous travaillons à 80 % pour des acteurs publics (Etat, régions, départements, métropoles, communes, opérateurs publics comme Pôle emploi ou la Banque des territoires, hôpitaux…) et à 20% pour des acteurs mutualistes, des associations ou des acteurs privés de la fabrique de la ville. 

Nous avons mené en 2021 des projets nombreux et passionnants, dans les domaines de la santé, de la biodiversité, des mobilités, de la culture et de la lecture, de la petite enfance, de la revitalisation des territoires ruraux, de la formation professionnelle, du handicap… Vous pourrez en découvrir  quelques-uns dans notre calendrier de l’aVVent (sur Twitter ou sur Linkedin) – merci à nos clients qui ont accepté cette publication, précieuse pour donner à voir les étapes et/ou les productions des projets de design pour l’action publique et l’avenir des territoires.

Des projets guidés par trois parti-pris communs et assumés : 

  1. Le futur, ça se discute. 
  2. La stratégie est d’autant plus utile qu’elle se donne les moyens a) d’être partagée b) d’être incarnée concrètement.
  3. Le changement passe aussi, et parfois surtout, par les agents publics et professionnel·le·s de terrain davantage que par leurs chef·fe·s –- sauf si ces derniers reconnaissent que le changement passe aussi, et parfois avant tout, par les agents publics et professionnel·le·s de terrain.

Tout cela nous a conduit à renforcer les temps d’immersion et les temps de conception/prototypage, en cherchant à enlever de la pression sur les temps d’ateliers, parfois réclamés à tort et à travers par les clients avides de “co-conception” et de “participation”. Nous poursuivrons avec cette ambition en 2022.

Ce qui marque cette fin d’année VV

Le nerf de la guerre pour une PME comme la nôtre (comme pour tant d’autres), c’est “la tréso”. Le décalage entre le moment où nous payons les salariés pour le travail qu’iels fournissent sur les projets, et le moment où nous sommes payés pour ces mêmes projets génère un “besoin de fonds de roulement” (BFR) qu’il est difficile de faire financer autrement que par… de l’autofinancement. Une banque veut bien vous prêter de l’argent pour acheter des bureaux parisiens, mais pas pour financer votre BFR. Le hic, c’est qu’en période de croissance forte de l’activité et de l’équipe, ce BFR augmente et la capacité d’autofinancement n’est pas infinie. En 2021, il y a des mois où c’est passé ric-rac. La bonne nouvelle, c’est que nous attaquons 2022 en bien meilleure posture. 

Cela va nous permettre d’emménager dans de nouveaux bureaux. Nos locaux de la rue du Faubourg du Temple, investis en 2017, ont été pensés pour une vingtaine de postes à une époque où les visio étaient rares. Nous sommes aujourd’hui près du double, et nous passons une part (beaucoup trop) conséquente de notre vie en visio. Seule la patience de l’équipe nous a permis de tenir en cette fin d’année (merci), parce que non, ça n’a rien de cool ni d’agile de faire une visio dans l’escalier. 

La création d’un cadre de travail épanouissant et sécurisant fait d’ailleurs partie de nos préoccupations majeures. Chez nous, les gens sont en CDI, on l’a dit et on y tient. C’est d’ailleurs autant une préoccupation sociale qu’une condition pour créer un collectif à la hauteur de nos ambitions. Depuis septembre, nous avons des tickets restaurants et dès qu’il a été instauré, nous avons proposé le forfait “mobilité durable” aux salarié·e·s – facile, et cohérent avec notre aspiration à créer un mouvement patronal favorable à l’usage du vélo avec les copains de Datactivist.

Promis, le MEVA n’est pas mort ! On a juste manqué de temps pour le faire bien vivre en 2021.

Plus ambitieux (et représentant un sacré défi pour une structure où règne la culture de l’informel), nous avons négocié en cette fin d’année un projet d’accord d’entreprise sur l’organisation du temps de travail et le télétravail, qui sera soumis à la signature du CSE en janvier. Car, oui, nous avons bien évidemment un CSE (une obligation légale au-delà de 11 salarié·e·s), et c’est un apprentissage quotidien tant pour les représentant·e·s des salarié·e·s que pour “l’employeur”. Mais, en cette période de pandémie qui déstructure le travail et le collectif, et alors que nous grandissons, c’est infiniment précieux. Pour autant, cela reste un défi compliqué, auquel nous nous attelons chaque jour : mener uniquement des projets intéressants sur des sujets d’intérêt général (donc renoncer à des projets très bien payés pour de grandes entreprises), à des tarifs permettant de travailler autant avec l’État qu’avec de petites collectivités rurales, tout en améliorant les conditions de travail et en limitant la durée hebdomadaire de travail (un jour, bientôt, dès qu’on y voit un peu plus clair, on va s’atteler à la réduire drastiquement), en offrant de bons salaires et en investissant sur le collectif via des formations, du temps de réflexion et de R&D, et une grande attention à la mise en commun des idées et des envies. La route est encore longue, mais nous avons l’impression d’avancer dans la bonne direction et c’est une grande satisfaction collective.

Session de discussion sur le projet d’accord d’entreprise…en pleine reprise de la pandémie. On a froid, mais ça valait le coup. (décembre 2021)

La période nous conduit aussi à prendre une décision difficile. Avant même la création de Vraiment Vraiment, Talking Things avait un pied en Belgique, où nous menions des projets de design urbain. En 2021, nous avons structuré cette présence, avec la création d’une succursale pour héberger l’équipe de 6 personnes basée à Bruxelles. En cette fin d’année, nous prenons la douloureuse décision de fermer cette succursale. Le marché du design des politiques publiques est infiniment moins mature en Belgique et nous n’avons pas les épaules pour en porter seuls la structuration, dans un contexte institutionnel que nous maîtrisons moins. Quelques très beaux projets s’annoncent néanmoins en 2022 sur le territoire belge, et nous continuerons d’y mener, depuis la France, des projets de design urbain et de design des politiques publiques. Mais n’aurons plus de salarié·e·s “de droit belge”, aux conditions de travail desquel·le·s nous ne sommes pas parvenus à accorder le même niveau de soin et d’attention qu’à celles et ceux basé·e·s à Paris. C’est aussi une question de plaisir dans les projets : les projets belges nous cantonnent encore souvent dans des rôles périphériques, inféodés aux cabinets de conseil, là où nous arrivons aujourd’hui à nous placer au “bon niveau” stratégique dans les projets de design des politiques publiques ou de design territorial en France – et ce n’est pas prêt de s’arrêter.

Là où nous allons

Comment grandir en gardant la fraîcheur, la pertinence (et l’impertinence), la souplesse et l’utilité d’une petite structure, tout en en limitant les mauvais côtés (les horaires de travail qui débordent, la tyrannie de l’informel, l’absence de management, le caractère surplombant des associés…) ?

Pour commencer, nous avons structuré l’organisation de l’agence autour de quatre pôles, qui représentent les piliers fondamentaux de l’agence telle qu’elle travaille et va se développer. Ces piliers sont constitutifs de notre identité. Le pôle Soutien nous permet de vivre en tant qu’agence et en tant que collectif de travail. Le pôle Conception a la responsabilité de faire monter en qualité nos productions. Le pôle Pilotage renforce notre capacité à vendre et mener des projets rentables, utiles et source de plaisir. Le pôle Capitalisation, enfin, irrigue notre travail de tout ce qui s’écrit et se pense en lien avec l’intérêt général à l’extérieur, et fait rayonner nos projets et leurs enseignements auprès de nos divers écosystèmes. Chaque pôle est animé par des responsables, dont la vocation est autant d’assurer un contrôle qualité sur leur domaine d’action que de fournir des ressources à toute l’équipe pour devenir collectivement meilleurs – en tout. Déjà perceptible en cette fin 2021, cela promet un saut qualitatif (et de kiff) dans les projets en 2022, tant pour nous que pour nos clients et partenaires.  

Nous avons choisi les neuf responsables de pôle en interne ou à l’extérieur : les designers Louis Augereau et Justine Coubard-Millot sont responsables du pôle Conception (où ils seront rejoints par un·e troisième responsable en 2022) ; le pôle Pilotage est animé par notre “workshop manager” Camille Boucher, les designers Joséphine Combe, Camille Urien et Marie-Anaïs Bluteau et l’architecte Maxence De Block ; le pôle Capitalisation par les analystes Camille Billon-Pierron, Samuel Azoulay (fraîchement arrivé chez VV après avoir travaillé 6 ans chez Spintank) et Laurianne Vagharchakian (chercheuse en sciences cognitives et comportementales qui nous vient de la Direction interministérielle de la transformation publique). Enfin, le pôle Soutien est animé par notre responsable administrative et financière – Samantha Belhassen, qui sera remplacée en 2022 par Samia Kadoun. S’il s’agit aujourd’hui de nos fonctions les plus “sénior” au sein de Vraiment Vraiment, d’autres seront créées en 2022 et 2023 en fonction des besoins et des ajustements. Cette nouvelle organisation, qui nous évite la structuration pyramidale et préserve le fonctionnement collectif consubstantiel à VV, est en test – nous en ferons un bilan tout au long de l’an prochain.

Au-delà de l’organisation du collectif et de la prise de responsabilité de salarié·e·s, nous organisons aussi notre pensée et nos envies. Plutôt que de travailler autour de “thématiques” de projet ou de champs de politiques publiques (la santé, la ville, etc.), nous faisons le choix de structurer notre activité autour de “fronts” : des tensions ou des aspirations qui nous semblent traverser la société et/ou nos champs d’action, autant de zones dynamiques où se jouent l’avenir commun et qui demandent des allers-retours permanents entre pensée et action, des zones “grises”, aussi, où nous voulons aller porter concrètement la défense de l’intérêt général – même quand c’est plus compliqué que du noir et blanc.

Nous allons commencer l’année avec huit fronts :

  1. Services publics démocratisés –- pour dépasser la figure de l’usager individuel désincarné, et mieux partager le pouvoir autour des services publics avec les agents et les citoyens. 
  2. Régies publiques renouvelées –- pour renouveler les modes de gestion des communs positifs…et négatifs. 
  3. Lieux publics intensifiés –- pour augmenter et démocratiser les usages des équipements et espaces publics. 
  4. Futurs publics désirables –- pour enrichir et mettre en débat les imaginaires de l’action publique.
  5. Action publique attentionnée –- pour imaginer les nouvelles conditions de l’attention et du soin aux personnes, aux collectifs, aux territoire et aux non-humains. 
  6. Agents publics renforcés –- pour reconnaître l’expertise des professionnels de terrain et imaginer les règles, organisations et outils qui augmentent leur pouvoir d’agir. 
  7. Fournitures publiques libres –- pour imaginer des objets et outils administratifs qui soient réparables, ré-employables, résilients, redondants –- et mis en commun
  8. Action publique tactique –- pour tisser les formes de résilience de l’action publique et apprendre à expérimenter sur des temps courts, à se donner un droit à l’erreur, à évaluer utilement, à faire la preuve du concept pour dépenser mieux et moins, à démanteler.
Le renforcement du pouvoir d’agir des agents de terrain est au coeur du front n°6. (photo : Transfo Dunkerque 2018)

Ces premiers fronts vont structurer notre choix des projets sur lesquels nous mobiliser, notre manière de les appréhender et d’en parler avec nos clients, notre manière d’en tirer des enseignements, notre veille, notre réflexion et nos articles sur Autrement Autrement, notre manière de chercher à faire réseau avec des partenaires publics et privés qui, au-delà des projets qui ont un début et une fin, ont envie de faire avancer la réflexion sur l’action publique et les territoires de demain. Les bouleversements écologiques traversent quasiment tous les fronts, et c’est aussi pour que la transformation des politiques publiques et les stratégies territoriales les intègrent davantage que nous les avons imaginés. Un front a vocation à naître, vivre puis mourir, soit faute de combattant·te·s soit quand il n’est plus vraiment source de controverse – par exemple, “prendre en compte les usagers dans l’action publique” pouvait représenter un “front” au début des années 2010 mais est aujourd’hui largement (même s’il reste beaucoup à faire concrètement).

Nous allons aussi continuer à œuvrer à la structuration du champ du design des politiques publiques en France. Nous aidons les designers qui le souhaitent à lancer leur structure et à se positionner sur un marché qui reste lui-même en pleine structuration. Nous continuerons de défendre une certaine exigence en matière de design (et du métier de designer), afin d’éviter que les cabinets de conseil en management ou en stratégie ne se refassent une jeunesse via le design thinking ou l’innovation publique washing. Nous allons d’ailleurs renforcer en 2022 nos liens avec les écoles d’art et de design, pour qu’une nouvelle génération émerge, faite de bon·ne·s concepteur·trice·s motivé·e·s par l’action publique et l’intérêt général, sans naïveté. 

À ce moment de l’histoire virgule virgule (vous êtes vraiment arrivé·e jusque là ?), disons que nous avons passé une année 2021 intense, marquée par cette pandémie qui n’en finit pas et par la mue de Vraiment Vraiment, et que nous avons cherché à créer les conditions pour que 2022 soit encore mieux – pour vous, qui nous suivez de loin (merci), qui êtes nos clients ou nos partenaires (merci), qui ne comprenez pas bien ce qu’on essaie de faire (désolé, on va essayer de faire mieux), qui travaillez au quotidien avec nous (mille mercis l’équipe), bref, vous qui croiserez notre route en 2022 (à bientôt).

Un peu comme sur Skyrock à la belle époque, on dédicace cet article de fin d’une année particulièrement intense à Alexandra, Alexandre O., Agathe, Anaëlle, Anaïs, Anna Luz, Camille B., Camille B-P., Camille U., Charlotte, Claire, Clément, Eden Luna, Elisa, Emile, Ivan, Jean-Christophe, Joffrey, Joséphine, Justine, Laurianne, Lina, Louis, Loïc, Lucas, Manon, Margaux, Marie-Anaïs, Maxence, Nicolas, Noémie, Orianne, Paùlo, Pierre-Henri, Raffaela, Romain M., Samantha, Samuel, Suzelle, Yowa, ainsi qu’à Marion, qui fera toujours un peu partie de l’équipe.

Catégories
Collectivités territoriales Culture Humeur Urbanités

L’émancipation, au fond de la raquette de retournement.

Temps de lecture : 5 minutes

Un article d’Architecture Aujourd’hui n°441 au sujet des zones péri-urbaines qui abritent les films de Kervern et Delpine comme “Effacer l’historique”, a fait réagir Maxence De Block, architecte et urbaniste chez Vraiment Vraiment qui a grandi pas loin du lieu de tournage. La revue lui ayant proposé un droit de réponse, il a écrit ce texte, que nous publions simultanément avec le site larchitecturedaujourdhui.fr.

“Funeste et pitoyable cadre de vie”, dune “nullité” qui “vomit l’architecture”, peuplé par des “benêts” forcément “racistes” voire carrément “fascistes” ; “des paysages qui fascinent” (mais au grand jamais ne façonnent) “des philosophes, des écrivains, des musiciens”... Les zones pavillonnaires ainsi racontées par Christophe Le Gac dans le numéro de l’Architecture d’Aujourd’hui’ n°441 sont le cadre de vie de 30% des Français-es, et le décor principal des films de Gustave Kervern et Benoît Delépine (Louise-MichelLe grand soir et, plus récemment, Effacer l’historique) qu’analyse l’architecte et critique d’art dans son article. Sous couvert de parler cinéma, le dédain de l’architecte vis-à-vis de ce mode de vie et de ses habitants est ce qui reste une fois la lecture achevée : “la ville moche comme matière artistique, d’accord, mais tant qu’elle reste dans le domaine de la fiction” – quelle conclusion !

Je suis né à Arras. J’ai vécu 19 ans à Achicourt, banlieue pavillonnaire à 10 minutes en voiture de Saint-Laurent Blangy – là où, précisément, prend place le récit du film Effacer l’historique. Et, Christophe, je vous assure que ma vie a peu à voir avec le domaine de votre fiction.

La “France moche”, c’est chez moi. J’ai fêté pas mal d’anniversaires à Buffalo Grill, j’ai été habillé à la Halle O Chaussures, j’ai été élevé au rayon bande dessinée d’Auchan et aux DVD de Vidéo Futur. Aussi, je me sens un peu insulté par cet énième article faussement bienveillant mais vraiment méprisant sur ces lieux, écrit par quelqu’un qui ne les connaît qu’à travers les fenêtres de son TGV (ou de google map). La “ville sans qualité” que vous décrivez est très certainement à réinventer – quel morceau de territoire français ne l’est pas, du plus rural au plus métropolitain ? Mais, à vous lire, on peut se demander si vous, les experts de la ville, êtes les mieux à même de comprendre les enjeux et à vous saisir du sujet. 10 ans après le fameux titre de Télérama, “Halte à la France moche”, toujours le même mépris d’ambiance, mais pas l’ombre d’un début de perspective utile. Bien sûr, ce n’était pas l’objet de votre article de critique d’art que de faire des propositions, mais pour avancer, il faudrait déjà changer de vision. Faire un pas de côté. Alors, même en parlant cinéma, il me semble que vous avez la responsabilité d’essayer de changer de regard. 

Il y a tant à voir, dans cet “environnement suburbain, optimisé pour circuler, consommer et dormir” ! Tellement plus d’usages et de pratiques d’émancipation que votre mépris d’architecte ne vous laissera jamais voir.

Commençons par les maisons. Toutes identiques, elles suffisent à vos yeux à disqualifier cette façon d’habiter. Cette maison, ma maison, a été et reste le rêve de mes parents. De millions de parents, en fait, qui y voient le havre idéal pour élever leurs enfants. Un jardin pour recevoir les amis, et chacun sa chambre. De quoi vivre ”volontairement” ici. Toutes identiques ? Au début, très certainement, mais nous nous les sommes appropriées au fil des années à grands coups d’autoconstruction et de coups de main entre voisins. Nous avons construit des ateliers au bout du jardin, agrandi le garage, refait la cuisine et la salle de bain. Notre nouvelle véranda doit faire le double de la surface de votre petit appartement métropolitain – sans rancune. Tout ça malgré les “normes” écrites par vos copains urbanistes, que nous avons bien entendu contournées. Parce que les “normes” vous comprenez, c’est seulement quand ça nous arrange. 

A vrai dire, on s’est plutôt bien démerdé sans vous. 

Quittons la véranda, pour pénétrer dans le jardin. Le jardin ? Parce qu’il pourrait être question, dans cette ville moche, d’autre chose que d’artificialisation des sols ? Vous et ceux qui nous regardez de loin parlez d’ici comme si des millions de mètres carrés de béton avaient coulé sur une nature intacte, préservée. Une parcelle, c’est 70% de jardin. Des centaines et des centaines de jardins – et autant de jardiniers – qui ont remplacé des champs où la fière agriculture française productiviste épandait des pesticides toxiques. Au fond de notre jardin, mon père a construit une fontaine. Il fut imité rapidement par plusieurs voisins : de nombreux bassins ont ainsi fait leur apparition dans le quartier, faisant le bonheur d’une faune et d’une flore qui ont repeuplé ce bout de terre. Un véritable écosystème, en fait, qui est venu trouver un refuge calme dans le jardin de mes parents. 

Mon père est écologue, sans écologue.

Et quand nous sortons de chez nous, donc, c’est pour nous “approvisionner”, dans des centres commerciaux dédiés “au repli sur soi et à la surconsommation”  “des milliers de gens viennent tous les jours”. Dormir, manger, circuler. Ces “nullités construites” ont été mon univers. Un univers joyeux fait d’après-midi au rayon roller de Décathlon, de flirts au cinéma Gaumont et d’initiation au dérapage contrôlé sur neige, là-bas, au fond du parking de Leclerc. Vous êtes-vous penché une seule fois sur les autres formes de sociabilité, les autres espaces de rencontre, qui émergent de ces formes singulières détournées de leur conception et de leurs usages initiaux ? 

Nous avons suscité une belle intensification des usages, sans designer.

Pour mon 6ème anniversaire, j’ai tout fait pour qu’on m’offre l’île des pirates LEGO. Assis dans le caddy de mes parents, j’ai imaginé comment je la monterais et la démonterais. Une fois rentré, j’ai passé la nuit, seul dans ma chambre, à la construire. Et la nuit suivante, à la transformer en dinosaure. Celle d’après, en vaisseau spatial. Chaque métamorphose me rendait fou, complètement dingue, jusqu’à la transformation d’après. Cette folie là, elle n’était pas vendue dans l’emballage, elle n’apparaissait pas sur la notice. Cette folie-là aurait aussi bien pu venir d’un match de foot organisé sur la raquette de retournement derrière chez moi, d’une belle fleur près du barbecue de mes voisins ou d’un morceau de musique entendu sur RTL à l’arrière de la 106 de ma mère. Elle venait, en tout cas, de cet univers. Elle a fait ce que je suis aujourd’hui. Et c’est là que vous passez, je crois, très à côté du message bienveillant des films de Kervern et Delépine : il y a dans tout ça un pouvoir émancipateur que vous ne soupçonnez pas. 

C’est la nuance qui vous manque. Toujours.

Je m’arrête ici, on m’a demandé de faire court. Vous pouvez continuer à vous “amuser à planter le petit bonhomme jaune de google street view” sur des territoires que vous ne comprenez pas. Vous pouvez aussi descendre sous les nuages, et venir les voir à hauteur d’humain, à hauteur d’architecte. Un million d’histoires et de récits de vie existent derrière les haies bien taillées et les murs en enduit. Tant de leviers de changement, de métamorphoses en cours et d’inventions magnifiques. De rond-point-agora, de salle des fêtes-atrium, de commun urbain-franchisé ou d’île aux pirates spatialisée. La ville moche se réinvente, et ses habitants ne vous ont pas attendu pour commencer le travail. Il est temps que les experts de la vue aérienne sortent, eux-aussi, du domaine de leur fiction.